Première rencontre parisienne sur la question du diesel

le-diesel-tueJuste un petit mot pour vous signaler cette évenement qui est de mon initiative : une rencontre pour échanger sur la question du diesel. Rien de très formel, c’est plutôt un rendez-vous pour faire connaissance avec les lecteurs de mon blog, mais aussi ceux qui sont sensibles aux problématiques générées par le diesel, de manière générale (pollution, empoisonnement, escroquerie de pauvres particuliers, menaces géopolitiques du fait des approvisionnements sensibles…)

L’inscription se passe ici :
https://doodle.com/poll/42b3sfvu9q8xkzm8

Publicités

Diesel et non-respect du code de la route


Les articles suivants du code de la route apparaissent totalement dérisoires face à la proportion de véhicules à moteurs diesel en circulation en France, qui ne respectent donc pas le code de la route au vu du caractère particulièrement toxique et mortifère de leurs émissions :

L’article L318-1 du code de la route prévoit que « Les véhicules doivent être construits, commercialisés, exploités, utilisés, entretenus et, le cas échéant, réparés de façon à minimiser la consommation d’énergie, la création de déchets non valorisables, les émissions de substances polluantes, notamment de dioxyde de carbone, visées à l’article L. 220-2 du code de l’environnement ainsi que les autres nuisances susceptibles de compromettre la santé publique. »

L’article R318-1 de ce même code stipule que « les véhicules à moteur ne doivent pas émettre de fumées, de gaz toxiques, corrosifs ou odorants, dans des conditions susceptibles d’incommoder la population ou de compromettre la santé et la sécurité publiques. »

Le fait de contrevenir aux dispositions du présent article est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe (135 euros, minorable à 90 euros).
L’immobilisation peut être prescrite dans les conditions prévues aux articles L. 325-1 à L. 325-3.

Finalement ce serait simple d’interdire les véhicules diesel en ville, une disposition légale prévoit de les immobiliser ! » 

Pollution atmosphérique : face au constat alarmant, un levier d’action efficace disponible, mais toujours pas mobilisé…

La Charte de l’environnement, adossée à la Constitution française en 2005, a rendu fondamental le droit de respirer un air sain.

Pourtant, le moteur diesel, fortement représenté en France (le gasoil représente environ 80% du volume total des carburants écoulés) et principal émetteur de particules fines et de dioxyde d’azote (NO2), lui-même puissant gaz à effet de serre en plus d’être nocif, a un impact considérable sur l’air que nous respirons.

La forte odeur âcre de ses gaz et les volutes de fumées noires qu’il peut émettre lorsqu’il est déréglé nous rappellent quotidiennement sa dangerosité. La noirceur de certains bâtiments en ville nous permet de constater, avec effroi, ce que pourrait être l’état de nos poumons.
La dernière révélation de l’Institut national de recherche en agronomie (INRA) sur les effets du diesel sur le fœtus sur deux générations s’ajoute aux multiples études ayant conclu à son caractère cancérogène certain (par l’Organisation mondiale de la santé en 2012) et à son impact sur le système respiratoire et cardio-vasculaire, ainsi que sur la vessie, le foie et même le cerveau.

Selon les estimations, la pollution de l’air entraînerait chaque année la mort prématurée de 48 000 personnes et coûterait 101,3 milliards d’euros à notre société.
Une mauvaise qualité de l’air, que l’on ne choisit pas d’ingérer contrairement à ce que l’on mange ou ce que l’on boit, touche en priorité les personnes les plus pauvres et les plus fragiles comme le démontre une étude menée conjointement par l’Institut national de santé et de la recherche médicale (INSERM) et l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) publiée en 2015.

S’atteler à la mise en oeuvre des nouvelles normes que les nouveaux moteurs diesel ne sont pas en mesure de respecter et dont des constructeurs ne trouvent comme solution que d’user de tous les artifices, voire de frauder, pour leur faire passer les tests, est certes indispensable pour le futur, mais que fait-on des 20 millions de véhicules équipés de ce type de motorisation actuellement en circulation ? 

Et combien d’études seront-elles nécessaires pour que le diesel soit interdit en ville, où il n’est pas adapté et nuit à la santé des populations ?

Dans l’industrie agroalimentaire ou pharmaceutique, un produit impropre à la consommation serait immédiatement retiré de la vente et une campagne de rappel serait organisée.
Pour le diesel, il n’en est rien.

Pire, son carburant, le gasoil, bénéficie toujours de subventions de l’Etat à travers la TICPE, ce qui le rend plus attractif que l’essence au litre, et la TVA, toujours exonérée pour les véhicules d’entreprises.

Ainsi, il apparaît aujourd’hui impératif et urgent de sortir du diesel en interdisant son accès en ville, en supprimant ces avantages fiscaux et en imposant aux constructeurs automobiles un plan majeur de rappels et de reprises des véhicules diesel en circulation (avec des solutions alternatives tels que le GPL, le GNV, les technologies électrique et hybride), à la hauteur des mesures drastiques qui ont été prises par le passé, en dépit des lobbies, à l’encontre de l’amiante par son démantèlement. 

Comprendre la pollution de l’air dans les grandes lignes avec L’Esprit Sorcier

L’Esprit Sorcier a consacré sa première soirée en public à la pollution atmosphérique, l’occasion de comprendre un peu le rôle joué par le diesel dans tout ça.


Cette vidéo ne fera pas de vous un expert sur le sujet, mais au moins d’avoir l’avis de trois grands spécialistes, dont celui de Sebastien VRAY, président de RESPIRE, l’association qui fait office de référence sur le sujet en terme de publications grand public mais aussi d’actions concrètes.


Ici, il est donc juste question de savoir de quoi on parle dans les grandes lignes, histoire de débusquer les premières âneries que pourrait vous sortir quelqu’un de pas très objectif. Un porteur d’intérêts pour les industriels de l’automobile voire des automobilistes eux-mêmes, par exemple.